Conseils et Service client : 02 85 52 65 01

choisir son gilet de sauvetage 

Rien n'est plus important que la sécurité du marin, du plaisancier ou du navigateur lorsqu’il navigue. Les experts de Picksea vous proposent de découvrir tous les critères pour choisir les gilets et brassières de sauvetage les plus adaptés à la situation et à la pratique nautique.

    1. Les Normes en vigueur
    2. Comment choisir son gilet de sauvetage
        1. Par activité
        2. En fonction du poids et de la taille
        3. En fonction des caractéristiques
            1. Gilets automatiques (navigation hauturière et professionnelle)
            2. Gilets hydrostatiques (Navigation hauturière et côtière)
            3. Gilets d’aide à la flottabilité (sport + activité côtière)
    3. Les équipements complémentaires pour gilet de sauvetage
    4. Nos conseils

 

Les normes en vigueur

En ce qui concerne les normes, il faut savoir que tous les gilets de sauvetage doivent être agréés CE (ou ISO) cette indication devant être apposée sur l’étiquette de conformité présente sur le gilet. Cela garantie que le gilet a été conçu et fabriqué suivant les normes européennes et/ou internationales en vigueur et qu'il a été approuvé par les autorités compétentes.

Il existe 4 niveaux d’homologation permettant de mesurer l’efficacité d’un gilet en Europe :

 Norme ISO 12402-5 / 50 N  Norme ISO 12402-4 / 100 N  Norme ISO 12402-3 / 150 N  Norme ISO 12402-5 / 275 N 
100 N

 

L’un des principaux critères pour cette homologation est l’efficacité de la flottabilité des gilets. Ainsi, un gilet estampillé 50 N signifie qu’il aide à la flottabilité à hauteur de 50 Newton. Plus un gilet possède un indice de flottabilité élevé, plus il est efficace.

En dessous de 100 N = Gilet d’aide à la flottabilité. Au dessus ou égal à 100 N = Gilet de sauvetage.

NormeEN ISO 12402-5
(ex EN393)
EN ISO 12402-4
(ex EN395)
EN ISO 12402-3
(ex EN396)
EN ISO 12402-2
(ex EN399)
Indice de flottabilité 50 newtons 100 newtons 150 newtons 275 newtons
Utilisation En eau tranquille ou à proximité d’un poste de secours En eau protégé ou en navigation côtière Navigation hauturière Navigation hauturière + navigation en conditions extrêmes.
Caractéristiques N’assure pas le retournement. assure le maintien hors de l’eau des voies respiratoires pour une personne consciente. Assure un retournement sur le dos en 10 secondes. Convient à des personnes sans vêtements encombrants Assure un retournement sur le dos en 5 secondes. Convient à des personnes équipées au plus d’un ciré. Assure un retournement sur le dos en 5 secondes. Convient également à des personnes équipées de vêtements très lourds.
    Le gilet doit pouvoir maintenir la tête sur les côtés et sur l’arrière, y compris quand le porteur est inconscient.

 On peut noter par ailleurs que les gilets marqués SOLAS (logo "barre à roue"), qui sont normalement prévus pour la navigation professionnelle, sont valables en navigation de plaisance.

Comment choisir son gilet de sauvetage

Par activité

Que ce soit pour faire du kayak, de la navigation hauturière ou pour de la pêche professionnelle, les normes sont différentes et la sécurité du porteur nécessite un gilet adapté à l’activité. Plus on s’éloigne des côtes, plus il est important d’en choisir un efficace permettant d’être repérable en cas de chute dans l’eau.

Navigations, sports et activités nautiques à moins de 2 milles d’un abri : Gilet aide à la flottabilité soit 50 N minimum

Navigation côtière (jusqu'à 6 milles d'un abri) : 100 N minimum ou 50 N si les gilets sont effectivement portés et qu'ils sont équipés chacun d'un moyen de repérage lumineux.

Navigation de plaisance à plus de 6 milles d'un abri ou navigation professionnelle avec vêtements mi-lourds : 150 N minimum.

Navigation de plaisance à plus de 6 milles d'un abri ou navigation professionnelle avec des vêtements lourds et/ou de l’outillage : 275 N minimum.

 


En fonction du poids et de la taille

Les normes européennes pour évaluer la flottabilité d’un gilet s’appliquent par défaut pour des personnes dont le poids est de 70 kg. L’efficacité d’un gilet change cependant en fonction du poids et de la taille des personnes. Le tableau ci-contre montre les équivalences de flottabilité en fonction de votre poids par rapport à la norme (colonne de gauche).

Indice de flottabilité (newton) / Poids de l’adulte (kg) 40-50 kg 50-60 kg 60-70 kg >70 kg
50 N 40 40 45 50
100 N 60 70 85 100
150 N 90 110 130 150
275 N 170 200 230 275

Par exemple, une personne de 55 kg qui porte du 110 N à une équivalence de flottabilité de 150N.

Notez également que la taille ou le tour de taille est un point important à regarder sur l'étiquette de conformité de la brassière car il peut varier sur un même modèle.

Pour les enfants de moins de 30 kg, les modèles doivent impérativement être de la catégorie 100 N. Elle permet de les protéger en les mettant sur le dos même s’ils sont inconscients ou qu’ils ne savent pas nager.

En fonction des caractéristiques

Pour se protéger une fois en mer, les gilets de sauvetage se doivent d’être pratiques et confortables. Il existe 3 types de gilets très différents à choisir avant de se jeter à l’eau.

        1. Les gilets automatiques.
        2. Les gilets hydrostatiques.
        3. Les gilets en mousse

 

Chacun d’entre eux se distinguent par des caractéristiques spéciales comme le déclenchement automatique du gonflage, la liberté de mouvement laissée au porteur,

Gilets automatiques (navigation côtière, hauturière et professionnelle) :

Les gilets gonflables automatiques dits à pastille de sel, sont des gilets qui se gonflent dès la chute du porteur à l'eau. Le dispositif à pastille de sel contenu dans le gilet fond instantanément au contact de l'eau libérant ainsi le percuteur de la cartouche pour un gonflage immédiat. La pastille n'est sensible qu'à l'immersion totale et ne déclenchera pas de gonflage intempestif lors de vos manœuvres sous les embruns ou la pluie ou lors du rinçage du matériel (à condition de ne pas faire pénétrer l'eau dans le mécanisme). Un stockage au sec est cependant vivement conseillé.

Gilets hydrostatiques (navigation côtière, hauturière et professionnelle) :

Les gilets gonflables hydrostatiques dits Hammar, sont des gilets qui se gonflent dès la chute du porteur à l'eau. Le dispositif Hammar sensible à la pression de l'eau lors de l'immersion libére ainsi le percuteur de la cartouche pour un gonflage immédiat. Le système Hammar n'est sensible qu'à une certaine pression d'eau et ne risque aucun gonflage intempestif lorsque le porteur se fait doucher par les embruns ou la pluie ou lors du rinçage abondant du matériel. Ce gilet peut être stocké dans n’importe quelles conditions d'humidité.

Gilets en mousse (sports nautiques + navigations côtières) :

Dans cette catégorie, on trouve les gilets de sauvetage (en général de 100 N) qui disposent d'une flottabilité sur la tête et le ventre afin de permettre le retournement de la personne. On trouve également les gilets d'aide à la flottabilité (en général 50 N) qui n'ont pas de flottabilité sur la tête et n'assure pas de retournement : ces gilets sont plus adaptés pour les activités nautiques type jet-ski, kite-surf, voile légère, ...

Les équipements complémentaires pour gilet de sauvetage

Les gilets de sauvetage peuvent être complétés avec d’autres équipements de sécurité pour assurer un meilleur repérage dans l’eau par exemple. Ainsi, plusieurs objets sont fortement conseillés etd’autres sont obligatoires pour les gilets les plus performants.

Norme 100 N et + : Sifflet obligatoire / Sangle inguinale conseillée
Norme 150 N et + : Poignée de halage obligatoire

Il existe cependant d’autres objets utiles qui peuvent vous sauver la vie dès que la mer s’agite un peu ou pour vous aider à être repérer. Ainsi, il existe des lampes qui permettent d’être vu même dans l’obscurité, des brassières pour vous maintenir à la surface et même des GPS de détresse qui vous permettent d’être détecté (à utiliser en dernier recours).

Rappel sur les caractéristiques des équipements individuels de flottabilité (Article 240-2.16 de la Division 240) :

I. Les équipements individuels de flottabilité (EIF) à bord des navires, embarcations et engins de plaisance sont adaptés à la morphologie des personnes embarquées. Lorsqu’ils ne sont pas portés, ils sont rangés de manière à pouvoir être accessibles rapidement et aisément.
II. Seuls peuvent être embarqués, en fonction de leurs caractéristiques de flottabilité :
- les brassières de sauvetage approuvées conformément à la division 311 du présent règlement et marquées “barre à roue” ;
- les équipements individuels de flottabilité conformes aux dispositions pertinentes du code du sport et marqués “CE”.

Source LegiFrance : Arrêté du 6 mai 2019 remplaçant l’arrêté du 23 novembre 1987 relatif à la sécurité des navires (division 240)


Nos conseils

  • Les gilets de sauvetage ont une durée de vie limitée, les stocker de préférence dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.
  • Tout comme les vestes de quart ou les combinaisons de plongée, rincez systématiquement à l’eau douce après utilisation. Le gilet gagnera en durée de vie et ne perdra pas ses qualités.
  • Toujours vérifier son gilet avant utilisation, tel sur un casque de moto, la moindre détérioration peut se révéler fatale. Ne pas hésiter à se le faire vérifier par une autre personne.